10 objectifs de l’écrivain (à se rappeler quand plus rien ne va)

objectifs de l'écrivain 0

Ecrire, c’est parfois frustrant. On peut avoir une super idée dans la tête, commencer ses recherches et au bout de plusieurs jours (ou plusieurs semaines), se rendre compte que l’on a fait fausse route.

Ou on peut galérer comme pas possible pour créer des personnages et un univers crédible. Ou alors on bloque devant sa page Word, en regardant ce curseur noir clignoter inlassablement sur ce fond de page blanche. Il y a de quoi être découragé et démotivé.

Je parle d’ailleurs du syndrome de la page blanche sur cet article !

Mais dans ces moments-là, il peut être bénéfique de se rappeler quels sont les objectifs de l’écrivain.

 

Les 10 objectifs de l’écrivain

1 ) Ignorez votre petite voix

Il n’y a rien de plus agaçant (et de plus dévalorisant) que d’écouter sa petite voix. Vous savez, cette voix qui vous dira que ce n’est jamais assez bien, que vous devez encore travailler des années avant d’espérer pouvoir être publié, que vous feriez mieux d’arrêter d’écrire parce que ça n’intéresse personne.

Arrêtez d’écouter cette petite voix. Si vous écrivez, c’est avant tout pour vous. Bien sûr qu’il est important de sublimer son texte, mais nous ne sommes pas toujours les mieux placés pour pouvoir juger de la qualité d’un écrit, vous ne trouvez pas ?

Déjà que l’on a du mal à se voir dans un miroir et à s’apprécier sans focaliser sur ses défauts. 😉

 

2 ) Ecrivez d’abord, éditez ensuite

Lorsque vous écrivez, écrivez d’un seul et même jet : on s’en fiche royalement de savoir que tel mot serait mieux que tel autre, et donnerait plus de punch et de style à votre texte. Au début, l’important n’est pas le style, l’important est d’avancer et de coucher l’histoire sur le papier.

Oui, le premier jet n’est qu’une ébauche, qui va droit au but, sans aucun style, contenant beaucoup de lourdeurs, des passages inutiles, etc… Mais vous aurez tout le loisir par la suite de revenir éditer votre texte et ainsi pouvoir le sublimer.

 

3 ) Continuez à apprendre

Faites lire votre premier jet à des beta lecteurs, rejoignez un groupe d’écrivains, participez à un événement, faites une masterclass, étudiez les livres de vos auteurs favoris, lisez, lisez, lisez…

Dans les moments de doute, persévérez. Si vous n’écrivez pas, alors profitez-en pour vous instruire, apprendre de nouvelles techniques, développer votre champ lexical et votre style.

 

4 ) Ecrivez tous les jours

Vous bloquez à l’idée d’écrire votre roman, et vous n’arrivez pas à commencer votre premier chapitre ? Alors écrivez autre chose.

L’important est d’écrire tous les jours, n’importe quoi. Mais vous astreindre à cette discipline va vous forger un mental d’acier, des habitudes : écrire va devenir une seconde nature. Vous finirez par trouver le moyen de sortir de votre blocage et les mots apparaîtront de manière fluide.

 

5 ) Soyez publiés

Le but premier d’un auteur est d’être publié. Si vous essuyez lettre de refus sur lettre de refus, essayez l’auto-publication. Publiez vos premiers chapitres sur des sites de partage de texte pour obtenir le retour de vos beta-lecteurs, écrivez des articles de blogs, etc… Trouvez un moyen d’être publié, même si vous galérez sur la finition de votre texte.

 

6 ) Restez authentique

Lorsque vous écrivez, un seul mot d’ordre : soyez vous-même. Vous n’écrirez pas comme Stephen King, vous n’écrirez pas comme J. K. Rowling, ni comme George R. R. Martin. Vous avez votre propre style, que vous allez développer au fil de votre plume.

Si vous n’en êtes pas persuadé, c’est pourtant simple : prenez une même histoire et faites la écrire par deux auteurs différents. Vous vous rendrez très vite compte que votre style est unique.

 

7 ) Essayez quelque chose de nouveau

Si vous êtes bloqués dans votre histoire, plutôt que de vous arracher les cheveux jusqu’à trouver une solution, tentez d’écrire quelque chose d’autre. Un poème, une nouvelle, une autre histoire d’un genre totalement différent.

Vous pouvez aussi vous essayer à d’autres activités créatives, pour débloquer votre esprit.

 

8 ) Amusez-vous

Ecrire doit rester un amusement pour vous, un plaisir. Si la contrainte s’invite, les blocages et la frustration ne sont jamais loin. Parfois, quelques semaines de repos loin de l’écriture permet de se vider la tête, de prendre de la hauteur et de se rendre compte que l’on s’est enfermé soi-même dans des contraintes qui n’ont rien à faire là.

 

9 ) Développez une plateforme d’auteur

Profitez de cette difficulté temporaire d’écriture pour mettre en place votre plateforme d’auteur : mettez en ligne votre propre site web, créez vos comptes sur les réseaux sociaux, partagez vos idées sur un blog, publiez des articles invités sur Internet, etc…

Toutes ces actions vous permettront d’asseoir votre réputation en ligne.

 

10 ) Fixez-vous des objectifs

Se fixer un objectif, c’est se fixer un but à atteindre, dans un délai donné. C’est quelque chose de motivant, et ça peut devenir votre leitmotiv pour vous inciter à écrire plus et à mettre le pied à l’étrier, même les jours de « moins bien ».

Un rêve est juste un rêve. Un objectif est un rêve avec un plan et une date d’échéance – Harvey Mackay

 

Surtout n’oubliez pas, personne n’est parfait. La vie est faite de haut et de bas, nous passons tous au niveau de l’écriture par des périodes de motivation extrême, où l’on est extrêmement prolifique et où l’on sort des textes tous les deux jours. Et puis il y a les périodes de creux, on galère à aligner trois mots, on bloque sur la suite à donner aux aventures de nos personnages.

Dans ces moments-là, ne vous découragez pas, ne vous apitoyez pas sur votre propre sort, rappelez-vous que l’on passe tous par là et souvenez-vous pourquoi est-ce que nous écrivons.

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher
Masquer