Tolkien vous livre 10 conseils d’écriture !

conseils d'écriture de J. R. R. Tolkien, l'auteur de "Le Hobbit", et "Le seigneur des anneaux" 0

Connaissez-vous J. R. R. Tolkien ?

Peut-être avez-vous lu Le seigneur des anneaux ou peut-être encore êtes-vous incollable sur le nom et l’histoire de chaque personnage ?

Quand on voit la profondeur de l’oeuvre de Tolkien (et oui, il a quand même créé tout un univers crédible, différentes langues et cultures), on ne peut qu’apprécier les conseils que l’auteur a à nous offrir.

Grâce aux lettres de J. R. R. Tolkien, éditées par Humphrey Carpenter, le maître de la fantasy classique peut littéralement nous parler et nous livrer ses conseils !

 

10 conseils d’écriture délivrés par l’auteur du Seigneur des anneaux

10 conseils d'écriture délivrés par J. R. R. Tolkien, l'auteur du Seigneur des anneaux - Infographie

 

1 ) La vanité ne sert à rien

Dans sa lettre à Sir Stanley Unwin, rédigée le 31 Juillet 1947, Tolkien annonce :

« J’espère bien laisser derrière moi toute la chose (son oeuvre, Le seigneur des anneaux) révisée et sous forme définitive, pour que le monde la jette dans une corbeille à papier. De toute façon, tout livre dans ce monde finit là (dans la corbeille à papier). »

 

J. R. R. Tolkien nous apprend ici qu’être humble et se remettre en question est la première qualité d’un écrivain.

 

2 ) Ecrire quoi qu’il arrive

Dans sa lettre à Sir Stanley Unwin du 21 Juillet 1946, Tolkien explique que malgré ses problèmes personnels – être malade, être surbooké, et ne pas voir son fils Christopher qui s’est engagé dans la Royal Navy – il a mis tous ses problèmes et luttes internes de côté et a continué à écrire.

Il a dû jongler entre son travail alimentaire quotidien et son envie d’écrire une histoire épique se déroulant dans la Terre du Milieu.

Il a donc trouvé du temps. Rectification : il s’est fabriqué du temps pour écrire.

Tenez-vous bien : il a mis 7 ans à écrire Le Hobbit, et presque 17 ans pour écrire Le seigneur des anneaux !

Peu importe la fatigue, la déception, les problèmes techniques et personnels, J. R. R. Tolkien a continué à écrire, quoi qu’il arrive !

 

3 ) Ecouter les critiques

Après avoir reçu son premier manuscrit commenté (et corrigé) par son éditeur C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien indique :

« Quand il (C. S. Lewis, l’éditeur) me dit que vous pouvez mieux faire, j’essaye. Je retourne m’asseoir à mon bureau, et je réécris la scène, encore et encore. Cela s’est passé pour la scène que je considère comme la meilleure du Seigneur des anneaux, la confrontation entre le magicien Gandalf et son rival, Saroumane, dans la cité ravagée d’Isengard. »

Ce que nous apprend Tolkien ici, c’est qu’il faut prendre en compte les critiques des beta-lecteurs, de son éditeur.

Prendre en compte ne veut pas dire aller systématiquement dans leur sens, mais comprendre pourquoi ces critiques ont été émises en premier lieu, puis réécrire encore et encore la scène jusqu’à obtenir la scène parfaite.

 

4 ) Laisser ses intérêts guider son écriture

C’est bien connu, J. R. R. Tolkien portait un intérêt tout particulier aux langues. Il adorait créer de nouvelles langues en se basant sur la structure des langues mortes de notre planète.

Il a suivi son intérêt suffisamment pour pouvoir créer des langues entières pour Le seigneur des anneaux, et de là toutes les cultures basées sur ces langages. Il a ensuite rédigé des histoires qui sont devenues les légendes de ces peuples, et enfin il s’est attelé à la rédaction de l’intrigue du Seigneur des anneaux.

Si vous écrivez quelque chose qui n’est pas présent fondamentalement dans votre cœur, vous écrirez alors quelque chose de plat, qui n’est pas vivant.

En résumé : écrivez sur ce qui vous plaît et vous intéresse !

 

5 ) La poésie est la route de la prose

Quand Tolkien n’arrivait pas à exprimer ses pensées en prose, il les rédigeait alors en vers !

Obliger votre cerveau à composer vos pensées sous la forme de vers le force à penser profondément au phrasé et à la structure de cette pensée.

Selon Tolkien, c’est cette capacité qui permet de donner du rythme à l’enchaînement de mots et de phrases qui compose un livre.

 

6 ) Les accidents sont parfois heureux

Parfois les accidents arrivent, et parfois encore ces accidents vont amener à créer et publier un livre entier !

C’est ce qui est arrivé à J. R. R. Tolkien : il adorait créer des mondes imaginaires, les faire prendre vie, et se servir des éléments mythologiques et des légendes de notre histoire pour raconter des histoires épiques prenant place dans ces mondes.

Il aimait tout planifier à l’avance, mais malgré cela, des accidents pouvaient parfois arriver : des personnages qui, lors de l’écriture, sortent de la ligne qu’il avait tracé et planifié à l’avance.

Mais ces « accidents de parcours » s’avèrent parfois de véritables bénédictions !

Sans la survenance d’un accident, Le Hobbit n’aurait jamais vu le jour.

 

7 ) S’inspirer de ses rêves

Nos rêves nous donnent de l’inspiration. Tolkien a d’ailleurs décrit un rêve où une vague incessante venait encore et encore s’abattre sur lui. Il a fini par se réveiller avec la drôle de sensation de ne pas pouvoir respirer autre chose que de l’eau, et de se noyer.

La plupart d’entre nous auraient conclu à un cauchemar, et l’auraient aussi vite oublié. Mais pas Tolkien !

Il a décidé d’incorporer cette sensation de noyade dans son oeuvre Le seigneur des anneaux, que l’on peut retrouver de nombreuses fois dans l’histoire : Isengard se retrouvant sous les eaux, les marais des morts, ou encore Sam Gamegie qui passe à deux doigts de la noyade en sauvant Frodon.

Prenez inspiration dans vos rêves, notez-les, laissez-vous plonger dans votre imagination pour voir comment utiliser vos notes dans vos écrits.

 

8 ) Les vrais personnes font des personnages inoubliables

Pour peupler ses Terres du Milieu, Tolkien s’est inspiré de vraies personnes autour de lui.

Regardez autour de vous, observez votre environnement, votre entourage, observez les gens lorsque vous allez chercher un café au Starbucks du coin.

Un personnage qui semble réel, avec ses ambitions, ses motivations secrètes, ses qualités et défauts, ses propres contradictions semblera tellement réel qu’il sera inoubliable.

Imaginez comment cette personne pourrait se comporter en la mettant dans une situation délicate, telle que celle de votre livre.

Cela vous donnera de précieux indices pour caractériser vos personnages.

 

9 ) Vous êtes peut-être le prochain auteur de best-seller

Tolkien a été surpris par le succès de son premier livre Le Hobbit, ainsi que le succès des suivants. Son succès est pour lui un heureux accident, un heureux hasard.

Cela donne de l’espoir à tous les apprentis écrivains !

Mais Tolkien avait conscience que malgré ce coup de chance de devenir un auteur de best-seller, il a dû travailler dur, et suivre les conseils de cet article au quotidien, écrire puis réécrire, corriger ,relire, réécrire encore.

 

10 ) Le livre que vous écrivez peut vous sembler banal …

Et c’est ok de penser ça.

Il ne faut pas s’arrêter à cette sensation, sinon on n’écrira ni ne publiera jamais rien !

En relisant son oeuvre après plusieurs années, Tolkien trouvait son écriture banale, vide, sans intérêt. Sauf peut-être quelques scènes du Seigneur des anneaux.

Et c’est bien normal.

Avec le temps, notre écriture évolue, s’améliore, il est donc normal, du point de vue des nouvelles connaissances acquises, de trouver ses anciens écrits moyens.

Tolkien l’a bien compris, et c’était pour lui le signal qui lui indiquait que son écriture avait largement évolué, et pour le bien.

Vous serez peut-être au prise de ce sentiment avec vos anciens écrits : ne les méprisez pas.

L’écriture est un processus en constante évolution, et ce que nous écrivons aujourd’hui ne ressemblera en aucun cas à ce que nous écrirons demain.

Se plonger dans la quête de la perfection de son écrit, c’est prendre le risque d’arriver à la fin de notre vie sans avoir rien publié : ne faites pas cette erreur-là ! 😉

 

Je trouve les conseils de notre ami Tolkien pertinents, et même si certains vous paraissent évidents, il est toujours bon de se le rappeler de temps à autre.
Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher
Masquer